Accueil > Travail > La délégation de pouvoirs

La délégation de pouvoirs

   

Quand l’entreprise se développe, le dirigeant peut être amené à déléguer une partie de ses pouvoirs. Cette délégation doit respecter un certain nombre de critères pour être valable.

Notre expert

DorangesGrégory Doranges

Avocat en droit pénal et droit pénal des affaires au Barreau des Hauts-de-Seine

Déléguer ses pouvoirs : quelle utilité ?

Ce qu'il faut savoir

Les conseils de l'expert

L'expert

Quel est l’intérêt pour un dirigeant de mettre en place une délégation de pouvoirs ?

  • Pour un chef d’entreprise, le principal intérêt d’une délégation de pouvoir, c’est de réduire sa responsabilité – à la fois civile et pénale – vis-à-vis de ses salariés.
  • Il faut rappeler en effet que le dirigeant engage sa responsabilité pour tout dommage dont pourrait être victime l’un de ses collaborateurs.
    – Responsabilité sur le plan civil…il peut alors être amené à verser des dommages-intérêts,
    – Et responsabilité sur le plan pénal…il peut être condamné à une peine d’emprisonnement ou à payer une amende, voire les deux.
  • En déléguant une partie de ses pouvoirs, le dirigeant réduit ainsi sa responsabilité, c’est le délégataire qui endossera d’éventuelle sanctions.
    Mais aussi – car il faut voir le côté positif des choses – c’est une manière de gérer plus efficacement ses équipes.

La mise en place d’une délégation de pouvoirs :

  • Pour être valable – et donc pour exonérer le dirigeant de sa responsabilité pénale – la délégation de pouvoirs doit répondre à plusieurs conditions :

    1ère condition : l’entreprise doit être suffisamment grande. Il faut qu’en raison de la taille de la structure, le dirigeant soit dans l’impossibilité de contrôler toutes les activités de la société.

    2e condition : le bénéficiaire de cette délégation doit être un salarié du chef d’entreprise. C’est-à-dire qu’il doit être placé sous l’autorité hiérarchique du dirigeant.

  • Une délégation doit être circonstanciée, c’est-à-dire ne pas porter sur l’ensemble des pouvoirs du chef d’entreprise – et avec un minimum de durée et de stabilité.

    Et puis, si on se place dans le cas d’une infraction pénale, la délégation doit, bien sûr, avoir été décidée avant. Pas question d’antidater une délégation de pouvoirs…ce serait trop simple !

  • Enfin – c’est important – la délégation de pouvoirs doit être acceptée par le bénéficiaire.
    Un chef d’entreprise ne peut pas l’imposer à l’un de ses salariés.

Responsabilité pénale : quel impact sur la société ?

  • La délégation de pouvoirs n’a aucun effet sur la responsabilité pénale de la société. Celle-ci demeure donc pénalement responsable dans les conditions « habituelles » fixées par la loi.
    Et il arrive que la délégation de pouvoirs ne soit pas valable juridiquement.
    Dans ce cas-là, elle n’a aucun effet et la responsabilité pénale du chef d’entreprise demeure pleine et entière.
  • Il faut en effet préciser que la délégation de pouvoirs est dépourvu d’effets dans certains domaines et notamment pour certaines infractions boursières et fiscales, en matière de ressources humaines, de publicité mensongère, de contrefaçon et dans le domaine de la concurrence et de la distribution.
  • Attention, même après une délégation de pouvoirs, le chef d’entreprise demeure pénalement responsable s’il commet volontairement une infraction. Il en est de même lorsqu’il est coauteur ou complice de l’infraction commise par le bénéficiaire – c’est-à-dire s’il participe à l’infraction ou s’il la facilite.

Grégory Doranges

Grégory DORANGES est avocat au Barreau des Hauts-de-Seine et ancien Secrétaire de la Conférence.

Titulaire d’un Doctorat de droit privé (Université Paris I – Panthéon Sorbonne), d’un Master de Droit pénal des affaires (Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines) et d’un Master de contentieux des affaires (Université Paris I – Panthéon Sorbonne), il est également diplômé de l’Institut de Criminologie de Paris (Université Paris II – Panthéon Assas).

Il a fondé le cabinet EQUALITIS après avoir exercé en contentieux et en droit pénal dans un cabinet d’avocats généralistes.

Il intervient aux côtés des particuliers et des chefs d’entreprise dans tous les domaines du droit pénal mais également en droit du travail et en droit de l’indemnisation des préjudices.

Il est également enseignant depuis une dizaine d’années au sein de l’Université Paris I – Panthéon Sorbonne et est chargé d’enseignements à l’Université Paris Ouest – Nanterre et en école de commerce.

Ils parlent de nous

Notre expertise à votre service

checked Des vidéos pour vous aider à y voir clair
checked Tous les documents dont vous allez avoir besoin pour agir
checked Des informations mises à jour quotidiennement par nos experts
checked Le sujet traité sous les angles juridiques, pratiques et tactiques
checked La mise en relation gratuite avec notre réseau de professionnels
checked Du temps gagné dans vos recherches d’informations fiables