3
Avr

Santé mentale au travail : comment la protéger ?

Vous êtes salarié, employeur, comment pouvez-vous préserver votre santé au travail malgré le stress ?

La santé, qu’est-ce que c’est ?

Il faut tout d’abord définir la santé. De quoi parlons-nous ? De la santé globale ? D’un état ? Souvent on parle de bien-être ou de maladie, et notamment d’accident professionnel, d’indemnité, d’infirmité, d’un handicap. Mais finalement, la santé n’est pas juste une absence de maladie, c’est un bien-être global passant également par le mental.

Un salarié en bonne santé, un salarié efficace ?

Il y a beaucoup d’études notamment américaines, prouvant qu’un salarié se sentant bien dans son travail, dans ses relations au travail, a une efficacité et une productivité bien plus importante. Il bénéficie surtout d’un absentéisme beaucoup plus réduit, sans parler de l’impact sur sa famille, ses proches. L’autre enjeu dont on ne parle pas souvent est le maintien de son employabilité et de ses capacités. En effet, un salarié se sentant bien au travail va être curieux, nourri et va avoir envie d’apprendre plus. Le stress ne doit pas prendre le dessus sur ses capacités.

Un salarié en bonne santé, un salarié épanoui ?

Le salarié s’épanouit en respectant son intégrité à la fois physique et morale. Son intégrité physique ce sont toutes les règles de qualité, de sécurité, d’environnement au travail… On peut aussi parler de gestes et de postures au niveau ergonomie.

Bien être du salarié : qui est responsable ?

Nous sommes tous co-responsables de ça. L’entreprise a la responsabilité de mettre en place les moyens et d’avoir des résultats derrières pour cette politique santé. Mais chacun de nous sommes responsables de nos actes, de nos faits et gestes, d’écouter les signaux faibles, d’être solidaire envers un collègue, avec son manager, d’aller solliciter la RH, la médecine du travail. Donc nous avons tous une responsabilité là-dessus. Il y a également des fonctions supports telles que les représentants du personnel. Ces derniers ont une responsabilité, d’alerte, d’accompagnement notamment au niveau de la santé mentale et du stress lié au travail.

Nos conseils :

Il existe deux catégories de personnes :

– Il y a celui qui s’écoute beaucoup, presque trop. Dans ce cas, l’enjeu est de devenir acteur de sa santé et non victime de son travail.

– Il y a celui qui ne s’écoute pas assez et qui est centré sur les autres, les projets. L’enjeu ici est plutôt d’écouter les signaux faibles et de le sortir du déni. Ces signaux sont souvent les signaux du corps, les mini-remarques, les questions de l’environnement proche « tu trouves pas que t’en fais un peu trop en ce moment ? » ; « T’as pas l’air bien, t’es sûr que ça va ? », avec un peu d’insistance. Dans les deux cas, il faut oser décortiquer le sujet, regarder comment est-ce qu’on peut agir dessus, et oser faire des propositions.

Laisser une réponse

Le Droit Pour Moi