UNE FOIS DIVORCÉE, POURRAI-JE ENCORE PRÉTENDRE À UNE PENSION DE RÉVERSION EN CAS DE DÉCÈS DE MON EX-MARI ?

Image Description

La rupture du mariage ne supprime pas le droit à réversion. Ainsi, dès lors que vous remplissez, le moment venu, les conditions exigées par la loi, vous pouvez bénéficier d’une partie de la retraite de votre ex-conjoint, même après votre divorce.

Divorce : Réversion du régime général

Si votre époux est affilié au régime de base de la Sécurité sociale (se rapprocher de la caisse de retraite concernée pour les autres régimes), vous pourrez prétendre, à son décès, à une partie de sa retraite (ou à une partie de celle qu’il aurait perçue s’il décède prématurément) à la condition, toutefois, d’être âgée d’au moins 55 ans et d’afficher des ressources annuelles inférieures à 20 113, 60 € (32 181, 76 € si vous vivez en couple). Néanmoins si, après votre divorce, votre ex-mari se remarie, cette retraite de réversion sera partagée entre vous et sa nouvelle épouse. Le partage s’effectuera de manière proportionnelle en fonction de la durée de chaque mariage.

Divorce et pension : Réversion des régimes complémentaires

Vous percevrez également une pension de réversion de la retraite complémentaire de votre époux, quel que soit le montant de vos ressources, si vous êtes âgée de 55 ans au moins pour la réversion ARRCO et de 60 ans pour la réversion AGIRC (dans certaines situations ces conditions d’âge peuvent être supprimées). Mais attention, contrairement à la pension de réversion du régime de base, la pension de réversion du régime complémentaire est supprimée en cas de remariage du bénéficiaire. Autrement dit, si vous vous remariez, vous perdrez définitivement votre droit à la réversion ARRCO ou AGIRC.

 

Vous souhaitez connaître vos droits ? Vous vous interrogez sur le déroulé de la procédure ? Vous avez besoin de poser une question à un expert ou de consulter un avocat ? Cliquez ici