COMMENT CRÉER SON ENTREPRISE EN LIGNE ?

Image Description

Se lancer dans l’entrepreneuriat n’a jamais été aussi simple ! Il est désormais possible de créer une entreprise en ligne, de la rédaction des statuts à l’immatriculation au RCS en passant par la constitution du dossier pour le greffe. En effet, grâce à la digitalisation des professions juridiques, l’automatisation de ces procédures est devenue possible.

Pour les entrepreneurs, l’avantage est important : les formalités juridiques sont réalisées pour eux à des tarifs très raisonnables, tout en bénéficiant de l’accompagnement de juristes professionnels. Mais avant de créer votre entreprise en ligne, il faut choisir la forme juridique la plus adaptée à votre situation.

Entreprendre seul en créant son entreprise en ligne :

Pour un entrepreneur qui souhaite protéger son patrimoine personnel, il est préférable de créer une société. Cette dernière disposera de son propre patrimoine, le patrimoine personnel de l’associé unique ne pourra pas être saisi en cas de difficultés. En effet, si l’entrepreneur exerce en son nom propre et non via une société il est responsable des dettes professionnelles sur l’intégralité de son patrimoine personnel.

Pour créer sa société seul, il faut choisir entre les deux formes sociales existant en droit français : la SASU et l’EURL. Voici les principales différences entre ces deux statuts juridiques.

Les critères de choix entre l’EURL et la SASU

Les premières différences concernent le statut du dirigeant de la société. En effet, le gérant d’une EURL sera affilié à la sécurité sociale des indépendants (anciennement appelé RSI). Il s’agit donc d’un Travailleur Non Salarié. À ce titre, il devra toujours s’acquitter de charges minimales, même s’il ne se verse pas de salaire.

De son côté, le dirigeant de la SASU est assimilé salarié. Cela signifie donc qu’à l’exception de l’assurance chômage il est soumis aux mêmes cotisations sociales que les salariés. Ces charges sont plus élevées qu’en EURL. En revanche, il n’aura pas de cotisations à régler s’il ne se verse pas de salaire.

Concernant la fiscalité des dividendes, les dirigeants de SASU et d’EURL pourront bénéficier du Prélèvement Forfaitaire Unique, en vigueur depuis 2018.. Ils devront supporter un versement libératoire au taux de 30% sur les dividendes versés. Le dirigeant peut opter, s’il trouve la solution plus intéressante fiscalement, pour l’imposition au barème progressif de l’impôt sur le revenu.

Des formes juridiques pour entreprendre à plusieurs :

Pour créer une entreprise ayant plusieurs associés, ces derniers doivent créer une société pour démarrer leur activité. Pour une activité commerciale, ils ont le choix entre la SAS et la SARL. Ces deux formes sociales présentent de nombreuses similarités. Malgré tout, certaines différences existent : ces dernières doivent être prises en considération dans le choix de Dès lors que l’aventure entrepreneuriale se fait à plusieurs, les entrepreneurs disposent d’une large gamme d’options. En effet, il existe de nombreuses formes sociales accessibles aux entrepreneurs

La SAS ou la SARL pour exercer une activité commerciale?

Les dirigeants d’une SAS sont soumis aux mêmes règles que le président d’une SAS. Il en va de même pour le gérant d’une SARL, qui bénéficie du même statut social que le gérant d’une EURL, lorsque le gérant est majoritaire (c’est à dire lorsqu’il détient plus de 50% des parts sociales). Le gérant minoritaire ou égalitaire, quant à lui, sera assimilé salarié comme le président d’une SAS.

Dans une SAS comme dans une SARL, aucun capital minimum n’est requis pour créer la société. De même, concernant la fiscalité applicable, ces deux sociétés sont soumises à l’impôt sur les sociétés, bien qu’il soit possible d’opter pour l’impôt sur le revenu.

Ces sociétés sont toutes deux soumises à l’impôt sur les sociétés (IS), avec possible option pour l’impôt sur le revenu. La différence réside principalement dans la souplesse juridique offerte pour rédiger les statuts de la SAS. La SARL, en revanche, est beaucoup plus strictement encadrée par la loi.

Créer une société civile immobilière pour gérer son patrimoine :

La création d’une entreprise dans un cadre familial est envisagée pour gérer un patrimoine immobilier. La SCI est dans ce domaine la forme sociale privilégiée. Les parents constituent une SCI afin de transmettre petit à petit un patrimoine immobilier via des cession de parts sociales effectuées au bénéfice des enfants. Un ou plusieurs biens immobiliers seront transférés vers la SCI, qui en sera la propriétaire

Ainsi, pour une donation des parents envers les enfants, un abattement de 100 000 euros tous les 15 ans est prévu par la loi. Cet abattement est décompté pour chaque enfant.

 

creer entreprise en ligne legal vision ledroitpourmoi